"L'erreur ne devient pas réalité parce qu'elle se propage et se multiplie"

                                                                                                                                                             Gandhi

 

Dire que les protéines végétales sont meilleures et n'apportent pas de purines est une assertion totalement fausse. Les légumineuses sont extrèmement  chargées en purines (transformé en acide urique dans l'organisme), comme nous le verrons plus loin. 

Les levures, si utilisées en alimentation végétalienne, contiennent à poids sec égal 50 fois plus de purines que la viande. 

Voyons d'un peu plus près le processus de digestion et d'assimilation des protéines animales. 

 

Au niveau du tube digestif : 

Les protéines animales sont transformées :

  • dans l'estomac : en peptides (20% des protéines ingerées)
  • dans le grêle : peptides et protéines sont transformées en aminoacides, où elles passent dans le sang
  • dans le côlon : y arrive seulement le collagène de la viande ayant échappé à la digestion (20gr/jour environ)

Au niveau du côlon se produisent les transformations sur : 

          - le collagène (20gr/jour)

          - la sécrétion muco-protéique du côlon

          - les cadavres microbiens (100 000 milliards/24h)

          - l'urée (15% de l'urée générale de l'organisme)

          - la desquamation de cellules du grêle et du côlon  =  250 gr/jour 

Ces divers élements vont subir l'action des perfringens (bactéries du côlon) et être transformées en acides aminés. 

Quel est le devenir de ces acides aminés ? 

          - 1/3 passe dans le sang, contribuant ainsi à la nutrition

          - 1/3 sert à des synthèse bactériennes

          - 1/3 subit le processus de putréfaction 

Que produit la putréfaction des acides aminés  ? 

          - par désamination, production d' ACIDES GRAS VOLATILS et d'AMMONIAQUE

          - par décarboxylation, production de GAZ CARBONIQUE et de BASES AMINEES plus ou moins toxiques 

 

La production d'acides (acides gras et gaz carbonique) est très vite éliminée au niveau pulmonaire. 

La production alcaline (ammoniaque et bases aminées toxiques) est plus lentement éliminée au niveau rénal. 

En aucun cas, il ne peut se produire d'acidification. 

 

Au niveau sanguin :

Les résidus du métabolisme cellulaire des protéines rejetées dans le sang sont  :

  • pour 98 % environ des produits basiques (urée + ammoniaque)
  • pour 2 % environ des produits acides (acide urique )

Comment une acidification pourrait-elle se produire ? 

 

Au niveau cellulaire : 

Lorsque la membrane de la cellule est "colmatée" par divers éléments toxiques ou toxiniques ou métaboliques ou autres, l'oxygène pénètre moins bien la cellule.

A l'état normal, les glycolyses aérobies prédominent considérablement sur les glycolyses anaérobies mais avec une certaine diminution del 'apport d'oxygène aux mitochondries (organites respiratoires de la cellule) due au "colmatage" de la membrane cellulaire.

Les glycolyses anaérobies augmentent, avec pour conséquence une production anormalement élevée d'acide lactique.

Cette surproduction d'acide lactique va créer une acidification de la cellule avec un pH inférieur à 7.

Le pH acide va altérer les ADN, les "briser", entraîner un espacement de l'hélice, et avec le temps, générer la cancérisation. 

Or, les deux principaux facteurs qui évitent la floculation des toxiques, toxines, résidus (colmatage de la cellule), sont selon les travaux de René Jacquier : 

  1. l'oxygène chargé négativement, respiré auprés des sources, cascades, de la mer, des prairies et forêts, ou reconstitué par le Bol d'air Jacquier à utiliser deux-trois minutes 2 fois par jour.
  2. les acides aminés provenant de la viande, poissons, oeufs et fruits de mer : en fait, les acides aminés sont des protecteurs de l'acidification cellulaire en évitant les floculations membranaires. 

 

Petit comparatif des teneurs en purines : 

          - exception faite des abats, la viande apporte entre 80 et 120 mg de purines pour 100 gr. 

          - le soja apporte 200 mg / 100gr.

          - les stimulants tels café, thé, cacao apportent entre 800 et 1 200 mg / 100 gr.

          - les levures apportent 5 000 mg / 100gr.

 

         

Précisions sur le pH du sang et des urines : 

Au niveau  sanguin, le pH est sans aucun doute le système le mieux protegé par l'homéostasie : il reste invariablement entre 7,35 et 7,45. 

La moindre modification du pH sanguin est visible à l'oeil nu : 

          - à 7 et moins (6,9 pour le sportif de haut niveau) , c'est le coma

          - à 7,7 et plus, c'est la crise de tétanie

Certaines personnes sont induites en erreur lorsque les urines deviennent acides (généralement des sels acides d'ammonium). Ils en déduisent qu'il y a acidité du sang, alors qu'il s'agit au contraire d'un mécanisme régulateur pour éviter cette acidification sanguine. 

Il en est de même lorsque les urines deviennent alcalines (sels neutres de sodium). 

Même lors d'un apport alimentaire massif d'acides : cure de jus de citron, de vinaigre, monodiète de fruits, les pH artério-veineux restent stables : l'organisme augmente l'oxydation des acides, ou donne ses bases minérales  -calcium, magnésium, potassium, etc...- pour neutraliser les acides et éviter la variation du pH sanguin. 

Nous sommes bien sur dans le cadre d'une consommation raisonnée de protéines animales, et non dans la surconsommation de protéines animales de mauvaise qualité, brûlées, fumées ou de plats industriels préparés à base de protéines animales. 

 

Références :

Diététique de l'expérience - Robert Masson editions Trédaniel

Ecosystème intestinal et santé optimale -Dr Georges Mouton editions Résurgence